Il y a la théorie : l’effet Papillon, l’effet domino, le cygne noir, etc. Vous connaissez.
Et directement, les faits : le monde est à l’arrêt par deux unités, microscopiques à l’échelle du monde, le coronavirus depuis décembre 2019 et le porte-conteneurs qui est enlisé dans le canal de Suez depuis quelques jours.

2 réactions :
1.Si besoin était, cela remet le genre humain à un niveau de simple composant vulnérable parmi tout ce qui fait le monde. De quoi travailler les égos en somme 😉
2.Dans les organisations (Grands comptes, ETI, Administrations, etc.) il y a des effets Papillons / Cygnes noirs (les Blancs suffisent mais c’est un autre sujet) qui ne demandent qu’à se déclencher ou qui se déclenchent et dont les coûts cachés sont exponentiels.

Qu’allez-vous faire avec vos équipes pour trouver des « petites » solutions (leadership, soft skills, angles morts de projets, etc.) qui vont faire la différence ?
« Petites solutions » car l’enfer est dans les détails surtout en période d’incertitude…

Bon week-end !

Bruno Lenoble, Post LinkedIn, Mars 2021

 

Vos enjeux et vos réflexions du moment vous amènent à chercher des REX ?  👉 Echangeons !